Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 11:55

« Ubu roi »

 

Du 29 mai au 2 juin 2007 à 21 heures

Au Théâtre des Halles à Avignon

 

Comment je vois la mise en scène…  (par Alain Timar)

 

D’une blague de lycéens farceurs, Ubu roi est devenu, sous la férule et la plume d’Alfred Jarry, une œuvre monstrueuse et mythique à bien des égards :

 

• par l’extraordinaire foisonnement d’idées enfin et une liberté de ton tant au niveau du fond que de la forme. Dans ce dépassement des limites, ce franchissement allègre du raisonnable, on reconnaît à coup sûr une veine surréaliste.


Quel plaisir de s’emparer d’une pièce où souffle un vent de révolte et d’insubordination extrême !


Ubu roi dénonce bien sûr les systèmes politiques qui engendrent folie et absurdité de la course au pouvoir, raille les dictateurs accomplis ou en herbe prêts à d’invraisemblables compromissions pour arriver à leurs fins, mais plus encore porte un regard caustique mais lucide sur les comportements humains, le tout dans un grand éclat de rire impertinent et salvateur. Le merdre et le cornegidouille du Père Ubu résonnent aux quatre coins du monde pour mieux lancer un défi universel à la bêtise arrogante et triomphante, l’avidité sans scrupules, la bassesse, la veulerie, les lâchetés de vos pauvres frères en la mort comme l’écrit Albert Cohen.

visuel-ubu-roi-web.jpg

Rions des faiblesses de l’humanité, mais regardons bien dans le miroir : il y a du Père et de la Mère Ubu en nous, du meilleur et du pire, de l’ombre et de la lumière, du fort et du faible, du valet et du maître, du masculin et du féminin, du héros et du traître, du saint et du criminel. Ces personnages nous ressemblent : rions donc de bon cœur… et d’abord de nous-mêmes, rions à nous en faire péter la panse.


C’est dans ce contexte de dérision, d’autodérision et de férocité joyeuse que les acteurs traversent leurs personnages (avec un s), car ici l’habit fait le moine, autrement dit le costume fait vivre le personnage.


Oui, chaque acteur peut se retrouver dans la peau du bon ou du méchant, du gagnant ou du perdant en fonction de l’humeur ou de l’histoire. C’est dire combien la dépense physique, l’énergie vitale, une sorte de voracité organique doivent pulser le rythme du spectacle.


J’emploie sciemment ici le mot spectacle, car il contient cet esprit d’inventivité et de folie créatrice dans lesquels je souhaite plonger, quitte à transgresser (et avec entrain) les conventions théâtrales.


Regardons nos acteurs entrer en scène… Les ububerlus déferlent : ils démolissent avec joie, dénoncent avec rage, mais pour mieux ré-enchanter le monde. Ils ont retrouvé l’ingénuité, l’insolence et le pouvoir d’émerveillement de l’enfance, un peu comme Miro ou Picasso à la fin de leur vie.


Je pense aussi à Paul Klee et à Jean Rouch. Le premier pour ces sculptures : petites figurines naïves aux couleurs vives réalisées avec des morceaux de bois, des bouts de ficelles et de chiffons, source d’inspiration certaine pour l’univers plastique. Le second en tant que cinéaste ethnographique et par rapport au jeu des comédiens. Je revois ce fascinant film documentaire tourné au Ghana les Maîtres fous (1954) sur les cultes des Haouka, de l’extrême engagement des participants et de la violence qui se dégageaient de ces danses de possession. Nos ububerlus doivent porter en eux ce rituel d’expiation, exutoire des malheurs du monde, de la cruauté de l’être humain et donc reflet de notre civilisation.


Décidément, le théâtre occidental a beaucoup à apprendre de ces rituels animistes du continent africain.


En conclusion et en réaction à la logique rationnelle d’un Descartes et de son fameux : « Je pense, donc je suis », cet Ubu roi-là pourrait se placer sous le signe de la réflexion cabalistique suivante : « Je lis, j’interprète, je critique, je m’oppose, j’écoute, j’écris, je questionne, je réponds, je cite, je ris, je raconte, je nomme, je discute, j’interpelle, je prie, j’apprends, j’enseigne, je vis… donc je suis. »

Alain Timar


Avec Ubu roi, Alain Timar aborde sa quarante et unième création.


Mise en scène, scénographie : Alain Timar

Avec : Marie-Charlotte Biais, Paul Camus, Alexandra Castellon, Sophie Mangin, Jean-Erns Marie-Louise, Roland Pichaud

Régie générale, image, son : Hughes Le Chevrel

Répétiteur instrumental : Olivier Migniot

Construction du décor : Théâtre des Halles

Administration générale : Laurette Paume

Du 29 mai au 2 juin 2007 à 21 heures

Théâtre des Halles - Salle du Chapitre – Avignon


Recueilli par

Les Trois Coups


Théâtre des Halles • rue du Roi-René • 84000 Avignon

Tél. +33 (0)4 90 85 52 57

Télécopie : +33 (0)44 90 82 95 43

contact@theatredeshalles.com

www.theatredeshalles.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par LES TROIS COUPS - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher